Menu Fermer

Nous n’attendons plus que le choc !

Pendant la chute, à chaque étage, le peuple français dans sa grande majorité dit : "jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien..."

Après Nicolas Hulot, ministre de l’écologie, parti en nous alertant, c’est Gérard Collomb, ministre de l’intérieur, qui lui aussi, nous a délivré un message :

 «AUJOURD’HUI ON VIT CÔTE À CÔTE… JE CRAINS QUE DEMAIN ON VIVE FACE À FACE»

Suivre le lien

Il est difficile de comprendre ce qui pourrait réveiller les gens…, les faire comprendre l’avenir et les messages qui nous sont donnés !

Les scientifiques n’y arrivent pas ! Les ministres échouent ! Les gens conscients qui essaient de réveiller leurs propres familles n’ont pas plus de succès ! Et même de simples paquets de cigarettes avec des images affreuses de maladies ayant tué des êtres humains, n’empêchent pas les gens de vouloir fumer.

Je me rappelle d’une interview de Pablo Servigne dans laquelle il parlait du naufrage du Titanic. Il évoquait ces gens qui agitaient, devant les autres (embarquant dans des canots de sauvetage), leurs plaquettes publicitaires, celles d’un paquebot insubmersible alors que leur navire se cabrait et s’enfonçait dans la mer… ils périrent. Comme les musiciens résignés jouant jusqu’à la noyade.

La zone de confort mentale humaine est d’une violence absolue car capable de mettre en péril le cerveau qu’elle occupe. Elle stigmatise, détruit toute tentative de la ramener à la raison. Qui ou quoi la ferait bouger de son confort de croyance est systématiquement disqualifié. Rien n’est plus sacré que ses habitudes. La vérité n’a aucune chance face à ses certitudes ! Parlez lui d’espoir… ça passe encore, mais gare à votre pragmatisme, elle le tuera de son mépris ! 

Avec SosMaires, j’ai appelé des communes, je voulais mettre en valeur leur cohésion sociétale, leurs œuvres dans les jardins partagés, leur permaculture, leur énergie locale, leur accueil de réfugiés, bref…, l’organisation de leur Résilience ce qui, pour moi, est de nature à garantir la sécurité de leurs administrés en cas de crise (comme le prévoit la Loi !).

Certaines de ces communes ont aussitôt mis de la distance avec ce discours ! :
–  “Quoi ? Comment ? LA SÉCURITÉ ? MAIS ON NE FAIT PAS ÇA POUR ÇA, MAIS POUR L’ÉCOLOGIE ! DE LA SÉCURITÉ ?  Mais donc SosMaires c’est une vision d’extrême droite !?”

Voilà où notre civilisation en est rendue… La croyance, soit-elle totalement erronée, prime sur la raison. L’a priori écrase l’écoute. Les préjugés tuent le bon sens !
SosMaires est le total opposé du clanisme, de la partisanerie, de la stigmatisation… notre équipe le prouve à longueur d’articles… qu’importe ! 

Dites “Sécurité”, “Loi”, “Protection”, et le débat est clos !

CETTE MISE EN DANGER, CE MÉPRIS POUR L’OBLIGATION DE NOUS PROTÉGER DE CE QUI NOUS EST POURTANT ANNONCÉ PAR LES SCIENTIFIQUES, LES MINISTRES, LES EXPERTS, C’EST SCANDALEUX ! ILLÉGAL ! IRRESPONSABLE ! 

Que ferez-vous, vous les papas, les mamans, et vos familles sans résilience alimentaire ?  Sans énergie ? 

D’autant plus que les quelques villages actuellement identifiés comme capables de nourrir leurs administrés (moins de 70) sont noyés dans plus de 35000 communes qui ne le sont pas. Quelles sont leurs chances de ne pas se faire ravager ? 

Le déni, cette envie de ne pas croire à autre chose que ses propres convictions, handicape toute une frange de la population, mais cette inertie des croyances populaires nous amène inévitablement vers le mur : Le choc frontal avec la réalité ! 

SosMaires : nous ne sommes pas des survivalistes, nous refusons JUSTE que l’immobilisme nous entraîne au chaos !

Le déni n’est pas un gilet pare-balle. Administrés conscients, pensez-y…

Des armes Messieurs et Mesdames, nous n’en manquons pas en France, il y en a 1 pour 4 français, soit 15 millions en circulation. Écoutez cette émission d’RTL qui en parle

Si ce que dit Gérard Collomb est vrai, (il était bien informé, placé à la tête de la Police française et ses services de renseignements), en cas d’effondrement, avec les pénuries qui éveilleront les instincts les plus basiques de la société civile, ces faces à faces vous les vivrez. Croyez-moi, à regret !

Le déni tue. Choisissez. 

Crédits photos : pixabay.com

  • 41
    Partages