Menu Fermer

Le pragmatisme est l’ami des rêves.

Dialogue avec Clémence, une observatrice de l'évolution de l'enfant vers l'adulte et de l'adulte à l'enfant...

Alexandre Boisson : “Clémence j’ai envie de jouer à un jeu avec toi où je serai à la fois adulte et enfant, je serai à travers l’imaginaire dans ta classe attentif à ton mode d’enseignement, en quête des perspectives, puisque toi, à ce que j’ai compris, tu sais prendre parfois dans une même pièce parents et enfants pour leur enseigner le savoir des livres, mais aussi le savoir être au delà de nos propres représentations mentales. Est-ce bien ça ? Tu reçois parents et enfants dans ton école ?”
 
Clémence Laloue Corré : “Les parents et les enfants sont accueillis principalement à des temps différents. Nous travaillons à augmenter les temps partagés petit à petit 🙂 . L’école propose aux enfants les journées de travail en classe avec des propositions d’accueil des émotions, de transformation des conflits, des cercles citoyens. Aux parents, sont proposés des rencontres, cercles de parole et d’explorations sur notre positionnement en tant qu’adulte vis-à-vis de l’enfant.”
 
AB : “Commençons en tant qu’enfant, c’est mon enfant intérieur au cœur de moi, celui qui a refusé de grandir qui te pose cette question : je vis dans la dimension des rêves, de la découverte, et du tout est possible, encore en quête d’émerveillements dans cette vie, et j’ai envie de savoir de toi l’enseignante jusqu’où je peux aller… Dis-moi Clémence, que voudrais-tu m’apprendre ?”
 
CLC : “À toi, enfant : je ne peux rien t’apprendre. Toi seul a le pouvoir d’apprendre. Je m’engage en premier à explorer, traverser les questionnements, les savoirs, puis à te proposer de les explorer ensemble, à tes côtés. Que tu puisses trouver ton propre chemin, t’affranchir des attentes des adultes pour explorer, inventer, créer. Prendre ta vie en main, en liberté. T’engager au monde, avec responsabilité.
 
AB : “En tant qu’adulte, (ça c’est plus visible physiquement 😉 ) je suis inquiet quand je vois l’état de notre monde, lorsque je constate sa violence car j’y ai été confronté sous différentes formes et différents endroits sur mon chemin de vie, et je vois la difficulté pour nous êtres humains d’être gratuitement venus au monde mais d’avoir à gagner sa vie…. et l’écologie m’inquiète beaucoup aussi, la transmission envers les générations futures, c’est l’objet de toutes mes préoccupations actuelles… Quels seraient tes enseignements pour me dire qu’un autre récit de société est possible ?”
 
CLC : “À toi, adulte : je te propose de poser ta parole, tes inquiétudes, au centre du cercle, de voir ce qui résonne en chacun de nous. Je te raconterai des récits de nos ancêtres, ceux que nos parents nous ont transmis. Nous en explorerons de nouveaux, ceux que tes enfants explorent dans cette école. Ensemble, nous pourrons imaginer un futur désirable pour les enfants, apprendre à le faire advenir.”
 
AB : “Merci Clémence, il me semble en effet que pour écrire un nouveau récit au monde,  le parent ne doit pas oublier l’enfant qu’il était pour ne pas s’enfermer dans la mélancolie où il serait un être qui ne rêve plus, existant résigné dans la fatalité d’un monde devenu sans sens. Au contraire, l’adulte capable de poser un genou au sol, le regard à hauteur d’enfance a toutes les facultés de transmettre, de son expérience, de ses vécus, le savoir utile à la matérialisation des rêves. De toutes générations confondues, il me semble urgent de resynchroniser pragmatisme et rêves afin de nous conduire au Salut.”
 

Merci à Clémence et à tous les enseignants bienveillants et soucieux au travers de leurs diverses méthodes éducatives ou celles que nous découvrirons, de faire émerger tout le potentiel et le pouvoir créatif de l’être.

Une vidéo très amateur 🙂

  • 25
    Partages